Rendez-vous avec Handi-Social. . .

RDV le 5 mai avec Handi-Social pour repas partagé à 12h et film à 15h suivi d’une discussion sur les luttes victorieuses en Angleterre qui peuvent nous inspirer.

Projection/Discussion

Dans cette séance, nous présenterons le film “Then Barbara met Alan”, qui met en lumière l’histoire de la comédienne Barbara Lisicki et du chanteur Alan Holdsworth. Ces deux artistes de cabaret handicapés en Grande-Bretagne sont devenus les pionniers du Disabled People’s Direct Action Network de 1989, revendiquant de meilleures options de logement, des opportunités de travail équitables et des transports publics plus accessibles, menant finalement à l’adoption de la loi sur la discrimination envers les personnes handicapées en 1995.

Projection le 5 mai à 15h, salle 2 rue San Subra 31300 Toulouse

Avant, un repas partagé à 12h

Lavaur Nature Environnement : c’est la fête !

La météo annoncée n’est pas aussi exceptionnelle qu’on l’aurait souhaité, mais la fête va être belle.

On vous attend nombreux :

🎥 Dès 14h pour la Projection-débat du documentaire “A l’abri des activités humaines”

Puis à partir de 15h ce samedi 27 avril et dès 9h dimanche 28 avril

Avec un programme pour toute la famille.

Nous vous attendons pour un bon moment 🤩

CAGNOTTE contre les centrales à bitume de l’A69 : Finançons les recours juridiques !

Après des mois de recherches et concertation, Lauragais, sans bitume, aux côtés de 11 autres collectifs « Sans Bitume », se lance dans la bataille juridique contre les centrales à bitume de l’A69.

Pour financer les recours en justice contre les centrales à bitume de Puylaurens/St Germain et Villeneuve-lès-Lavaur, nous avons besoin de votre soutien financier.

Nous lançons une cagnotte, via le site Hello asso : https://urlz.fr/pVUQ

La bonne nouvelle : Maitre Alexandre Faro, ténor du barreau, spécialiste des questions d’ICPE  a accepté de nous défendre. Cet avocat connait bien les questions environnementales. Avocat de Greenpeace, WWF, Alternatiba… son nom fait frémir les poids lourds de l’industrie jusque chez Areva.

L’espoir de voir tomber ce projet insensé est plus que jamais permis, mais nous avons besoin de vous pour concrétiser la victoire. 

Tout don est une aide précieuse, dès le premier euro, alors n’hésitez pas à participer quelle que soit votre contribution et à partager cet appel autour de vous.

Merci à vous et que notre solidarité l’emporte sur ces funestes projets de bitume.

A voir et à diffuser:

Clip vidéo : Centrales à bitume, le cadeau empoisonné de nos élus

Collectif d’informations et de lutte contre les centrales d’enrobage à chaud de bitume de Villeneuve-lès-Lavaur et de Puylaurens.

Plus d’informations sur https://www.lauragais-sansbitume.fr/

Signez la pétition

Des propositions concrètes pour la ZAC “Les Portes du Tarn” (Saint-Sulpice-la-Pointe 81)

/

Les travaux de viabilisation vont reprendre sur la ZAC Les Portes du Tarn alors que la requête en instance contre la dérogation « espèces protégées » sur la ZAC est toujours en attente de jugement(1). Aucun dialogue constructif n’a pu être amorcé avec M. Ramond. Pour sortir de l’impasse, en juillet, Saint Sulpice Active et Citoyenne et FNE Occitanie Pyrénées ont invité M. Ramond pour lui proposer une négociation afin d’aboutir à des solutions acceptables pour les 2 parties. Suite à cette réunion, l’avocat de la SPLA 81 a demandé aux associations de lister les grandes lignes de leurs souhaits.

Afin de pouvoir faire des propositions précises, le juriste de Saint Sulpice Active et Citoyenne a demandé à la SPLA 81 de lui faire parvenir certaines pièces, dont un plan de la ZAC avec superficies et statuts des différentes parcelles. Depuis le 11 juillet 2023 et malgré les relances, nous attendons toujours ces pièces qui ne sont pourtant pas particulièrement « sensibles ».

Le 20 septembre, le juriste de Saint Sulpice Active et Citoyenne a reçu un courrier de M. Ramond fort décevant. En effet, ce courrier ne répond pas à notre proposition de négociation, n’éclaircit pas nos divergences sur la répartition des activités, et notamment les surfaces concernant les espaces « naturels », et nous accorde seulement une rencontre 2 fois par an.

L’attractivité de la ZAC, plus de 10 ans après sa création, reste à démontrer : aujourd’hui, en sus des implantations de Vinovalie, Total et Sighor, M. Ramond n’a signé que 4 « promesses » de vente(2) , deux avec des promoteurs, une avec H2V, plateforme de production d’hydrogène vert et une pour le siège social d’une entreprise d’informatique. JMG Partners, porteur de TERRA 2, reste en embuscade sans que l’on sache quel est son nouveau projet.

A l’heure du réchauffement climatique et de l’effondrement de la biodiversité, nos élus devraient avant tout miser sur la sobriété concernant le foncier économique et devraient également veiller à des investissements budgétaires efficaces et mesurés. Aujourd’hui nous souhaitons que nos propositions soient entendues et obtenir des améliorations et des garanties pour l’avenir de la ZAC et le cadre de vie des riverains.

Malgré le refus de la SPLA de nous envoyer les pièces qui nous auraient permis de mieux étayer ces propositions concernant notamment la répartition des activités, le type d’activités à accueillir et la gouvernance de la ZAC, nous les rendons publiques : I. 2/3 d’espaces végétalisés et agricoles

Selon le communiqué de la SPLA du 26 avril 2023, le projet actuel prévoirait :• 70 ha d’espaces naturels : parcs urbains, prairies, zones humides, noues, espaces interstitielset espaces boisés• 57 ha d’espaces naturels au sein des lots privés• 5,9 ha de vignes Vinovalie1. Nous souhaiterions rappeler qu’un espace « naturel » est différent d’un espace « végétalisé ». Concernant les 70 ha, nous préfèrerons les qualifier d’ « espaces végétalisés et collectifs » (car ils ne sont pas tous « naturels »). Concernant les 57 ha au sein des lots privés, il convient également de les qualifier d’espaces végétalisés et non de « naturels ».

Nous souhaitons augmenter le COS des lots privés destinés à l’activité économique (passer d’environ 40% à 60%). Cette densification permettrait de récupérer environ 30Ha d’espaces naturels qui limiteraient l’artificialisation du site.

Toujours pour limiter l’artificialisation, nous souhaitons que des communs puissent être mutualisés pour les entreprises, comme les parkings, restauration collective, salle de réunion, télétravail, etc.

2. Par ailleurs, nous souhaitons que soit visé un objectif de 15 ha progressivement dédiés à des activités de maraichage, exclusivement bio et en polyculture (voire éventuellement, pour une partie plus modeste, à des vergers).

3. Nous souhaitons que ces 15 ha visent à alimenter la restauration collective alentour : écoles primaires, collèges, EHPAD… A commencer par les collèges puisqu’ils sont sous gestion des conseils départementaux.

4. Nous souhaitons que soient créés des crapauducs et autres passages aménagés pour les micromammifères et autres animaux au niveau des voiries, entre fossés et zones humides afin de leur permettre de traverser dans de meilleures conditions.

5. Nous souhaitons qu’un naturaliste désigné conjointement par FNE et l’association Saint-Sulpice Active et Citoyenne intègre le comité de suivi environnemental et que soient communiqués régulièrement les bilans de biodiversité de la ZAC (par exemple évaluation des gains de biodiversité imputables aux mesures de compensations).II. Le choix des entreprises

6. Poursuivant l’objectif d’alimenter la restauration collective alentour, nous souhaitons que soit créé, sur une des parcelles dédiées à l’activité économique, un laboratoire de transformation des légumes. Indispensable puisque l’été les cantines scolaires ne fonctionnent plus. Les « conserves » ainsi réalisées pourront être écoulées tout au long de l’année. Ce laboratoire pourra également servir à recueillir et transformer d’autres surplus de légumes bio issus de productions alentour.

7. Nous souhaitons que soit rédigé un nouveau programme précisant les types d’activités économiques et surfaces à accueillir sur la ZAC. Ce programme exprimera explicitement son objectif d’encourager les activités en lien avec la bifurcation écologique et contiendra également – et a minima – les prescriptions suivantes :- Aucun établissement classé Seveso- Aucune activité liée à de la massification logistique. Seul un stockage en lien avec une production industrielle sur site pourra être accepté.- Création d’emplois équivalent temps plein par ha.

8. Nous souhaitons qu’une production photovoltaïque soit imposée sur chaque lot privé, ombrières parkings et toitures des bâtiments.

9. Nous souhaitons que soit créé un centre de formation en lien avec la rénovation de l’habitat.III.

La gouvernance

10. Nous souhaitons que soit créée une instance consultative ad hoc, composée de représentants de la SPLA d’un côté et d’habitants et de représentants d’associations de l’autre. Une instance qui se réunira un fois par trimestre et qui soumettra à l’avis des habitants et représentants d’associations, le bilan du trimestre précédent et les projets envisagés à l’avenir.—1 https://www.facebook.com/lesportesdutarn/posts/pfbid021m25CXW6EEJ1YRyc6TWaLC9Cyx7VGbGZkkYW455C5xGKJEtYp6zKrcdPx3oAgZRml2 Depuis la création de la ZAC, l’implantation de nombreuses entreprises pourtant annoncées sur site n’a finalement pas abouti.

Mon voisin est-il un criminel ?

La commune, Mitterrand, les excuses d’Hollande, la télé française dégotte tous les moyens possibles ( en plus du lot quotidien de crimes horribles / enfin mon voisin est-il un criminel ? ) pour – ne rien dire des agressions des militaires israéliens contre les arabes de Jérusalem et contre la bande de Gaza plusieurs fois bombardée par des avions avec pas mal de morts … – ne rien dire de la répression féroce qui s’est abattue en Colombie contre les grévistes en lutte contre une réforme néo libérale des impôts, la privatisation des maisons de retraites, le saccage du système de santé déjà bien malade. Des centaines de morts en une dizaine de jours, des yeux crevés, des mains arrachées, contre les grévistes des tanks et des lanceurs automatiques de grenades très dangereuses.

Lire la suite

Ohé les bisounours, va falloir atterrir !

Dessin de Kalié pour Confluences 81 (avril 2020)

Un dimanche pascal pas tout à fait comme les précédents, les médias bénis oui-oui ne se privent pas de vous le seriner…

Pâques au balcon …

Et sans doute ont-ils raison pour ce qui est de la météo ! Tous les soirs à 20 h sur les balcons des HLM on applaudit les soignantEs. « Ça fait chaud au cœur » et « ça met la larme à l’œil » rapportent ces derniers, tout attendris. Tiens, moi chocolatier (plutôt que de jeter la marchandise) je vais leur offrir des chocolats ! C’est de saison !

Profitant de la résurrection ambiante, le sieur Roux de Bézieux, ci-devant patron du MEDEF, appelle à bien intégrer la priorité des priorités : « relancer l’économie » dès la sortie du confinement, afin de rattraper le temps perdu… « Relancer » pas « reconstruire », encore moins « révolutionner » ! Propos à peine atténués le lundi de Pâques par l’un de ses lieutenants suite au coup de gueule du boss de la CFDT. (Si même lui s’y met ! …)

… et l’été au charbon ?

Lire la suite

Castres : lettre ouverte à M. Pascal Bugis, maire

Lettre Ouverte à M. le Maire et Président de l’ACM

(transmise par Pippo)

Les inondations continuent et se ressemblent, mais la prévention reste toujours inexistante.

Ainsi, rien que sur notre quartier, la Durenque, une rivière du bassin de l’Agout, a vu son niveau monter de 1M30 en quelques heures et atteindre son apogée vers 10h. Nous habitons le long de cette rivière et malgré cela vous ne nous avez point contactés.

Pour nous prévenir des risques…

Ceci est toujours aussi grave.

Car s’il est difficile d’arrêter une rivière il est facile de prévenir de sa crue. Mais aujourd’hui pas de message personnel d’information et ce malgré l’envoi de nos contacts pour être sur vos listes « d’infos-crues ».

Lire la suite

Boules puantes ?

Boules puantes ?

Ce n’est pas nouveau ! Depuis des années, de nombreux citoyens dénoncent le manque de transparence de la vie politique française et notamment le train de vie dispendieux de nos élus, la durée et le cumul des mandats, les avantages en nature, les indemnités de fonctionnement peu contrôlables… Tout cela est choquant, surtout en ce moment, face à une paupérisation accrue, jamais connue depuis la fin de la seconde guerre mondiale.

La défiance, le doute s’installent, et c’est normal ! La réalité du terrain n’est pas la même pour tous et une certaine dichotomie sociale s’accroît dangereusement.

Lire la suite