Le déblog de Dédé (2) : Magic Macron !

Depuis l’élection de Jupiter à la magistrature suprême, chaque jour apporte son lot de surprises toutes plus épastrouillantes les unes que les autres.

Il est vrai que nous sommes entrés dans une nouvelle ère, et le monde ancien est bien avisé de se laisser oublier, après s’être obstinément accroché bec et ongles aux cercles du pouvoir et avoir désespérément griffé les ors de la République pour ne pas être emporté par la vague dégagiste.

Mais nous voilà enfin En Marche ! Après tant de surplace assumé et d’impuissance proclamée, voilà que le pouvoir politique revendique le droit de reprendre prise sur le réel et de mener, main dans la main avec le pouvoir économique, les transformations radicales que le pays a trop longtemps attendues en vain.

Lire la suite

Dédé se lâche sur son ” déblog’ ” : “Et l’efficacité, bordel !”

Je suis toujours épaté par les gens efficaces. Je veux dire ceux qui ont fait de l’efficacité leur métier, et qui ont dans leur musette la solution à tous nos problèmes. Généralement, ils se manifestent à intervalles réguliers, au moment où il s’agit de renouveler les occupants des fauteuils d’où ils vont continuer de résoudre les maux qui nous accablent.

Prenons par exemple, le problème des gens qui dorment dans la rue. Vous me direz : tout le monde ne dort pas dans la rue. En effet, il y a aussi ceux qui dorment dans des placards suintants d’humidité baptisés “appartements” pour faire croire que ce sont des lieux dignes d’abriter les représentants de l’espèce humaine, hommes, femmes et enfants compris.

Vous me direz encore : il y a d’autres petits désagréments dans cette société post-moderne, que celle des SDF. Il y a aussi celles et ceux qui travaillent comme des bêtes pour trois euros six centimes et qui tremblent à l’idée de perdre leur merveilleux boulot. Et qui, si ça se trouve dorment dans des placards ou pire dans leur voiture, ou pire du pire sur une bouche de chaleur du métro, si un efficace n’a pas eu l’idée géniale de faire voter un mobilier urbain anti-cafards pour empêcher celui-là de ne pas mourir de froid. Certes, ça ne date pas d’aujourd’hui et on a connu pire dans le passé, et ailleurs pas loin sur la Terre c’est pas mieux.

Lire la suite

Lautrec : le temps au travail

DIMANCHE 28 JANVIER
à partir de 10h.30, au Café Plùm, à Lautrec


Thème du jour
LE TEMPS AU TRAVAIL NOUS APPARTIENT-IL ?

Proposé par Anthony

À bientôt de vous retrouver
Eric H.

 
Nous venons au Café Philanthrope pour réfléchir ensemble au thème du jour
afin que chacun puisse revisiter ses certitudes, faire ses propres choix, et mène au mieux ses propres actions.
 
Retrouvez les infos Philanthropes sur FaceBook : Café Citoyen Philanthrope

Loi Travail à Castres… et ailleurs !

Blog IMG_0140 (2)L’appel national à casserole debout est pour le 17 juin à 19h30.

Parfait ! tous ensemble allons casser les oreilles à Bugis et compagnie dans la cour de l’hôtel de ville et que ça raisonne jusqu’aux oreilles de Hollande Valls et toute sa clique !
Passe le message à ton voisin !
Guillaume Escande 
Un avant-goût de la fête de la musique ? !

Albi : projection-débat

Blog Les Mardis d'albi 2016 05 RMB ecranLa prochaine soirée projection-débat des mardis d’Albi en Transition, c’est mardi 10 mai (mardi prochain), à la MJC,
On se régalera d’un documentaire “Un revenu pour la vie”, de quelques courtes vidéos abordant la mise en œuvre pratique de cette belle utopie, et des échanges de réflexion de chacun!
A mardi, donc.
N’hésitez pas à diffuser l’information!

Qui ramassera les poubelles ?
Qui passera la serpillière dans les coursives des réacteurs nucléaires ?

Lire la suite

Dialogue n° 12

Dialogue n° 12 : dernière escale ?120 page 5 x510_la-fontie-7_jpg_pagespeed_ic_vYadJBftlJ

Contrairement à l’intox instillée par les médias nationaux, Jacques et son Maître ne moisissaient pas dans un cul de basse fosse à Rodez ni n’avaient entamé une grève de la faim sur le causse du Larzac ! Pour ce que nous savons de façon avérée, ils ont traîné leurs montures, leurs guêtres et leur goût du débat de ferme en ferme dans notre région Occitane. Pour aboutir à La Fontié, à Busque dans le Tarn ! Avec quelques cals aux mains et des milliers d’idées en tête.

Jacques : Mon bon Maître, quoi que vous décidiez à l’avenir, j’ai une furieuse envie de rester ici au milieu des résidents… s’ils m’acceptent !

Le Maître : Il est vrai que ma naissance et ma condition ne me prédisposaient pas au travail de la terre. Je le concède, j’y ai pris goût. Il y a là quelque chose de concret…

Jacques (le coupant sans vergogne) : Et le meilleur de l’histoire, c’est que La Fontié appartient à tout le monde et à personne !

Lire la suite