Confluences 81 n° 125 : rubrique “femmes”

Catherine Duchemin Girardon (1630-1698)

Catherine Duchemin est née à Paris. Son père est maître sculpteur. La fréquentation de l’atelier de son père lui donne le goût du dessin, de la peinture. Elle peint des fleurs, des natures mortes, car une femme peignant des corps, nus de surcroît, était alors très mal perçu en ce temps-là. En 1657, elle épouse un de ses voisins habitant la même rue, le jeune sculpteur François Girardon.

En avril 1663, après l’examen et la réception de ses œuvres par le jury, elle devient la 1ère femme à entrer à l’Académie Royale de Peinture et de Sculpture*. Une fois roi, Louis XIV décide d’offrir leur chance à « (…) tous ceux qui excellent dans les arts de Peinture et de Sculpture (…) sans égard à la différence du sexe (…) ».

Lire la suiteConfluences 81 n° 125 : rubrique “femmes”

Confluences 81 n° 124 : rubrique “femmes”

Anna Maria Van Schurman (1607-1678)

Née à Cologne dans le Saint Empire romain Germanique, au sein d’une famille d’origine calviniste, elle bénéficie très tôt d’un enseignement littéraire et artistique de la part de ses parents, ce qui lui permet de savoir lire l’allemand dès l’âge de 4 ans. Elle développa des talents en dessin, peinture, sculpture, gravure, poterie, poésie. Mais aussi, elle chantait et jouait du clavecin et du luth (à tel point que la poétesse et graveuse néerlandaise Anna Visscher l’encense dans un poème en 1620).

En 1632, elle entre en contact épistolier avec le théologien français André Rivet* notamment pour débattre de la question de savoir s’il était adapté à une femme chrétienne d’étudier les sciences, la Bible, la théologie, la littérature, les Arts…

Lire la suiteConfluences 81 n° 124 : rubrique “femmes”

Confluences 81 n° 121 : histoire et politique

121-page-12-mrp-2LE MRP…

Vous prononcez les trois lettres MRP. Votre interlocuteur vous regardera avec des yeux en points d’interrogation ; pour éclairer sa lanterne vous évoquerez POHER, BIDAULT ou SCHUMAN… Ah oui ! Celui qui a été deux fois président de la république par intérim…Quant au second il avait rejoint les rangs de l’OAS en 1962 ; on dit du troisième qu’il est le “père” de l’Europe …Qui se souvient qu’ils avaient joué un rôle important au sein du MRP et que ce parti avait été une composante du tripartisme au début de la IVème république ? C’est dans la guerre au sein de la Résistance qu’il faut chercher les origines directes du MRP : le PCF et la SFIO luttaient naturellement contre Vichy et le nazisme ; mais très rapidement des gens comme MOULIN, BROSSOLETTE et bien entendu DE GAULLE ont essayé de susciter la création de nouveaux partis pour contrecarrer l’idéologie de la Troisième République ; la tentative a échoué en partie à cause de la disparition tragique des deux premiers et aussi parce qu’il a fallu tenir compte de l’ascension du PCF.

Lire la suiteConfluences 81 n° 121 : histoire et politique

Confluences 81 n° 120 : histoire et politique

120-page-16-croizatL’EXCLUSION DU GOUVERNEMENT DES MINISTRES COMMUNISTES

Le 5 mai 1947 le socialiste P. RAMADIER, président du conseil, écarte du gouvernement les ministres communistes M.THOREZ, F. BILLOUX, C. TILLON, A. CROIZAT, G.MARRANE. On a parlé d’anticommunisme primaire soit pour le déplorer soit pour s’en réjouir… Les faits en réalité sont bien plus complexes …

Dès septembre 1944 DE GAULLE, président du gouvernement provisoire, fait appel à TILLON comme ministre de l’air et à BILLOUX pour la santé publique ; ces deux personnalités avaient sans doute donné pleinement satisfaction puisque lors du remaniement de novembre 1945 les communistes obtiennent quatre ministères : F. BILLOUX passe à l’économie nationale, C. TILLON à l’armement, A. CROIZAT devient ministre du travail et M. PAUL est à la production industrielle ; tout le personnel politique  (MRP, Radicaux , SFIO) apprécie ces ministres, d’autant que lors des élections le PCF premier parti de France est incontournable et qu’il désire s’intégrer au “jeu politique” alors qu’en 1936 il avait refusé sa participation au Front Populaire !

Lire la suiteConfluences 81 n° 120 : histoire et politique

Confluences 81 n° 123 : histoire et politique

123-page-16-georges-pompidou-jacques-chirac-et-georgesGEORGES SEGUY…

Une fois de plus je me dois de présenter des excuses aux lecteurs de mes “bafouilles” : il était prévu d’évoquer tel ou tel aspect de la IV°république. Or le décès de G. SEGUY nous amène à honorer sa mémoire, tout comme nous l’avons fait pour M. ROCARD dans le numéro précédent…

Avant les “événements” de mai 68, G. SEGUY est peu connu en dehors des milieux syndicaux : le grand public l’a vu à la tête des manifestations du 1er mai quelques jours avant le début des grandes révoltes estudiantines et de la grève générale. On savait que depuis le 16 juin 1967 il était secrétaire général de la CGT à la place de B. FRACHON ; ce sont les grandes grèves à partir du 17 mai qui le propulsent au devant de la scène : il conduit la délégation CGT lors des “accords” de Grenelle les 25 et 26 mai .

Lire la suiteConfluences 81 n° 123 : histoire et politique

Confluences 81 n° 122 : rubrique histoire et politique

122-page-16-rocard-miterrand-19-avril-1988-une-randonnee-commune-pour-annoncer-que-rocard-sera-premier-ministre-photo-afp-1450251431-2Michel ROCARD 1930-2016

Le 10 mai 1988 M. ROCARD est nommé premier ministre par F. MITTERRAND qui vient d’être réélu président de la république. C’est un cadeau empoisonné car les deux hommes se détestent depuis plus de trente ans : en 1956 ROCARD en compagnie, entre autres, de SAVARY et de BEREGOVOY était entré en dissidence avec la SFIO à laquelle il appartenait depuis 1949. Il ne pouvait cautionner la politique algérienne de G. MOLLET et de son ministre de la justice un certain F. MITTERRAND !

Lire la suiteConfluences 81 n° 122 : rubrique histoire et politique

Confluences 81 rubrique “femmes” : n° 123

123-page-20-sophia-brahe-1556-1643-scientifique-danoiseSophia Brahe (1556-1643)

Sophia Brahe est née en Scanie, province alors danoise devenue depuis suédoise. Dernière née d’une famille de huit (ou dix) enfants, dont le père était conseiller du Roi du Danemark* et la mère proche de la cour de le reine. D’origine noble, elle a pu recevoir une éducation privée, lors de laquelle elle apprend l’allemand et la littérature classique. Son frère aîné, Tycho Brahe, deviendra un brillant astronome**, et influence sans doute son intérêt pour l’observation du ciel, notamment lors de l’éclipse de lune de décembre 1573.

Initiée à la chimie et à l’horticulture par son frère Tycho, provoquant ainsi une tension au sein de la famille qui estimait qu’étudier les Sciences était une perte de temps pour des gens de la noblesse et les aurait préférés à la cour du roi.  

Lire la suiteConfluences 81 rubrique “femmes” : n° 123

Confluences 81 rubrique “femmes” : n°122

122-page-20-kahenaDihya « Tadmut La Kahena »* (674-704)

 

Les Berbères se sont longtemps dressés contre l’envahisseur romain. Au VII° siècle, un autre envahisseur tente de conquérir et de convertir l’Afrique du Nord à une nouvelle religion. Une guerrière berbère s’est dressée, pendant quelques années, contre l’avancée des armées musulmanes vers l’ouest du Maghreb.

Cette princesse des Aurès, Dihya, devint cheffe d’une tribu probablement zénète** après la mort du chef, son propre père. Pour venger les massacres dont furent victimes de nombreux berbères, elle donne l’ordre*** de tuer le général Oqba Ibn Nafi Al Fihri, responsable des tueries. L’exécution de ce général Omeyyade (en 683) par une coalition carthagino-berbère déclenche une nouvelle guerre entre Berbères et Arabes.

Lire la suiteConfluences 81 rubrique “femmes” : n°122

Confluences n° 121 : rubrique “femmes” 13ème article

121 page 16 Artemisia Losi Gentileschi autoportrait (2)Artemisia Gentileschi (1593-1653)

Fille du peintre toscan Orazio Gentileschi, disciple du célèbre Le Caravage, elle montre très jeune un intérêt et un talent pour la peinture. Ses portraits sont clairement influencés par Le Caravage qu’elle a rencontré plusieurs fois dans l’atelier paternel. Mais les Académies d’Arts de l’Italie du XVII° siècle gardent leurs portes fermées aux filles et aux femmes voulant étudier les Arts, notamment parce que le Pape leur refusait le droit d’observer des modèles masculins nus.

En 1611, son père l’envoie alors apprendre la peinture chez Agostino Tassi, un peintre avec qui il travaille dans le palais Rospigliosi de Rome. Seule avec son professeur, celui-ci la violera. La jeune Artemisia se plaint de ce viol auprès de son père. Pour éviter des poursuites, comble de l’ironie, le violeur propose d’épouser sa victime. Orazio Gentileschi porte le viol de sa fille devant le tribunal papal. Lors du procès, pour s’assurer de la véracité des accusations qu’elle porte contre son professeur, elle est soumise à la Question. Traduction : elle est torturée. Malgré les souffrances endurées, elle maintient ses accusations*. Le violeur est condamné à un an de prison (ou de galère), qu’il n’effectuera pas grâce à des soutiens haut placés.

Lire la suiteConfluences n° 121 : rubrique “femmes” 13ème article

Confluences n° 120 : rubrique “femmes” (12ème article)

120 page 20 Espagne isabel Barreto (1567-1612)C’est pas (seulement) l’homme qui prend la mer ♫ Isabel Barreto de Castro (1572-1612)

Il m’est arrivé d’entendre, de la part de personnages étroits d’esprit, l’idée saugrenue que les femmes devaient restées dans leur foyer*, voir même se cantonner dans la cuisine. Selon ces mêmes grands penseurs, l’extérieur, les grandes découvertes, les grandes aventures sont des domaines réservés aux seuls et vrais « zhommes » !

Lire la suiteConfluences n° 120 : rubrique “femmes” (12ème article)