Dialogue n° 4 de Jacques et de son Maître

104 page 5 utopieDialogue 4 : Saint Martin

 

Nos deux héros apercevant au loin les premières maisons de Saint Martin, les lèvres du Maître de Jacques s’entrouvrirent pour la première fois depuis leur départ matinal.

 

Le Maître : Jacques pourquoi diantre m’amener dans cette bourgade ?

Jacques : Parce que, mon bon maître, contrairement à bien des beaux parleurs qui « n’ayant pas la force d’agir, dissertent »[1], ici, ils agissent !

Le Maître : Jacques, cesse d’abuser des anachronismes, cela va finir par lasser nos lecteurs… Qu’allons-nous trouver de si extraordinaire ?

Lire la suiteDialogue n° 4 de Jacques et de son Maître

Dialogue n° 3 de Jacques et de son Maître

105 page 5 Aupetitgendre couvertureDialogue 3 : alors, on boude ?

Hélas, dès les premières lieues, Jacques comprit que son Maître était plongé dans ses pensées et qu’il serait ardu et téméraire de l’amener à desserrer les dents. Trois ou quatre questions sur l’individualisme et la solidarité, sur le travail et son utilité, sur la gratuité des biens de consommation courante et la toute puissance du marché mondialisé, sur le rôle des banques dans notre vie de tous les jours restèrent sans le moindre écho…

Jacques demanda alors à son Maître s’il avait déjà posé ses bagages dans la commune libre de Saint-Martin. Celui-ci resta muet. « Peut-être pourrions-nous y passer ? Le détour ne serait pas bien grand… » ajouta-t-il. Feignant de prendre le silence de son Maître pour un acquiescement, Jacques tourna la bride de son canasson vers la gauche et nos deux voyageurs prirent en douceur la direction annoncée.

Candida Rouet (à suivre !)

 

Dialogue n° 2 de Jacques et de son Maître

Dialogue 2 : un petit déjeuner « relocalisé »

De jeunes rappeurs ayant animé la nuit de l’auberge jusqu’à fort tôt le matin, Jacques et son Maître s’installèrent au soleil de la terrasse pour déjeuner avant de reprendre la route. L’aubergiste leur apporta une tranche de lard fumé et deux œufs frits de production locale. Café, tartines et beurre à volonté. Jacques s’étirait de plaisir et son Maître retrouva le sourire.

Jacques : Rien de tel qu’un petit déjeuner paysan pour vous remettre d’une folle nuit !

Son Maître : à 10 € par personne, service compris. Nous sommes encore loin de la gratuité dont parlions hier !

Jacques : Certains refusent le terme « gratuité » et préfèrent l’expression « libre accès aux biens essentiels ».

Son Maître : Qu’est-ce que cela change ?

Jacques : Mon bon Maître, cela suppose que chaque citoyen a le devoir de contribuer par son travail à ce libre accès de tous aux biens essentiels…

Lire la suiteDialogue n° 2 de Jacques et de son Maître

Dialogue n°1 de Jacques et son Maître : à la recherche d’une auberge

102 page 5 Jacques le FatalisteDialogues : le 1er « à la recherche d’une auberge »

Ayant appris, les nouvelles courant à la vitesse du cheval Findus au galop, qu’Hubert souhaitait ouvrir une nouvelle rubrique dans Confluences 81, Candida a téléphoné à son compère Denis (Diderot) pour obtenir son feu vert afin de pasticher quelques uns de ses dialogues. Elle a choisi comme personnages Jacques le Fataliste et son maître pour incarner l’un le cœur et l’autre la raison. Mais vous le savez bien, la vie n’est pas aussi simple ! Ci-dessous le 1er dialogue. (Confluences 81 n° 102 mai 2013)

La rédaction

Dialogue 1 : à la recherche d’une auberge

Tout en chevauchant côte à côte, Jacques et son Maître s’abandonnèrent à leur péché mignon, la discussion politique…

Jacques : Je rêve d’un monde où tout serait gratuit…

Son Maître : Mon bon Jacques, tu sais bien que c’est impossible !

Jacques : … un monde où chacun disposerait d’un toit, chauffé l’hiver, un monde où l’électricité pour m’éclairer, l’eau pour boire et me laver, l’éducation pour mes enfants, les médicaments pour nous soigner seraient gratuits. Un monde…

Lire la suiteDialogue n°1 de Jacques et son Maître : à la recherche d’une auberge