“Nous occuperons tous les théâtres de France”

L’acteur Samuel Churin, membre de la Coordination des intermittents et précaires, participe à l’occupation du théâtre de l’Odéon, à Paris, depuis le jeudi 4 mars. Alors que de plus en plus de salles de spectacles connaissent le même sort dans toute la France, il analyse et précise les revendications d’un mouvement qui prend une ampleur inédite.

Lundi 8 mars, la police est intervenue aux abords du Théâtre de l’Odéon, occupé depuis le jeudi 4 mars. Que s’est-il passé exactement ?

Samuel Churin – Une sacrée entourloupe… Depuis le début de l’occupation, nous organisons des agoras, tous les jours à 14 heures, pour que les citoyens devant la salle échangent avec les intermittents à l’intérieur. Ce jour-là, le 8 mars, avait lieu une grande manifestation féministe à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes. Nous avons décidé de décaler l’heure de notre agora à 16 heures afin que la manifestation puisse passer devant le théâtre. Et, à 16 heures, la police est arrivée pour verbaliser celles et ceux qui s’approchaient du théâtre sous prétexte que nous n’avions rien déclaré à cette heure-là à la préfecture. Heureusement, la presse s’en est mêlée et la police est repartie dès que les premières images ont circulé sur les réseaux sociaux. Cela peut paraître anecdotique, mais il faut retenir que le gouvernement fera tout pour empêcher la convergence des luttes. C’est ce qu’il redoute le plus, comme d’habitude.

Combien de personnes occupent l’Odéon actuellement ?

Soixante environ.

Qui sont elles ?

Des intermittents du spectacle, mais aussi des intermittents de l’emploi au sens large ; ce qui me ravit. On entend beaucoup parler des intermittents du spectacle, et c’est très bien, mais derrière eux, se trouvent tous les intermittents de l’emploi – les guides conférenciers, les extras dans l’hôtellerie et la restauration, celles et ceux qui travaillent dans l’événementiel… -, tous ceux qui ont l’habitude de travailler dans le cadre des CDD dits d’usage. Ces intermittents-là représentent plus d’un million de personnes en France. Ils n’ont pas profité de l’année blanche, contrairement aux intermittents du spectacle, et ils n’ont pas profité du chômage partiel contrairement aux salariés en CDD et en CDI. Et c’est notre devoir de nous battre pour eux. Aujourd’hui, ils basculent tous les uns après les autres au RSA dans un silence assourdissant.

Quelles sont vos revendications ?

Nous demandons une année blanche pour tous les intermittents et sa prolongation d’un an, la réouverture des lieux de culture et l’abrogation de la réforme de l’assurance chômage, repoussée au 1er juillet, qui va représenter un véritable massacre social…

N’est-ce pas trop de combats en même temps ?

Non, au contraire. Les intermittents du spectacle doivent comprendre que leur sort est lié à ceux de tous les intermittents de l’emploi. Il y a peu de chances que nous obtenions la prolongation de l’année blanche si tous les intermittents de l’emploi ne sont pas indemnisés. Le gouvernement défendra sa position en disant “regardez tous les intermittents en CDD d’usage, estimez-vous heureux ; eux ont fourni de vrais efforts…” C’est ainsi qu’ils nivellent par le bas, comme toujours.

Que va-t-il se passer si vous n’obtenez pas ce que vous demandez ?

Lire la suite

Marionnettes

Les Renc’Arts du Morse  Le spectacle de marionnette-sac visuel et musical “Du Balai” de la Cie La Bobêche, tout public à partir de 5 ans est programmé depuis avril 2020…si, si, si ! Initialement programmé le 24/04/2020, puis le 13/12/2020 et à nouveau reporté le 12/02/2021, jamais 3 sans 4 ! Notez la date dans vos agendas, si tout va bien…  
Vendredi 16 avril 2021, salle Hervé de Guerdavid à Couffouleux, en début de soirée (horaires à confirmer)  Merci à la Cie La Bobêche pour leur confiance et leur souplesse  
 > Retrouvez l’univers de la Cie La Bobêche 

150 ème Anniversaire de la Commune

Au printemps 2021, les 150 ans de la Commune de Paris seront fêtés comme il se doit. Comme un événement émancipateur dont les répercussions nous interpellent encore aujourd’hui.
Accompagner de façon vivante et festive cet événement et permettre qu’à cette occasion s’expriment les manifestations actuelles de la Commune, c’est le projet que l’association Faisons Vivre la Commune  ! a défendu et développé depuis l’automne 2018.

Lire la suite

Couffouleux : 8ème festival du Morse

Les infos pratiques Tarifs : Gratuit jusqu’à 5 ans • 8€ / 6€ • Pass samedi : 15€ / 12€. Réduit : -18 ans, étudiants, demandeurs d’emploi, RSA, intermittents, adhérents. Concerts et animations gratuits / Tente-cinéma et spectacles « tremplin », participation libre. Entrées de groupes pour la journée du samedi À partir de 10 personnes.10€/adulte • 8€/enfant (-18ans) > sur réservation uniquement. Le billet suspendu à 5€ Cette année, nous mettons en place le billet suspendu, un principe tarifaire solidaire permettant à tous l’accès aux spectacles. Comment ça marche ? Un festivalier achète deux billets, un pour son entrée et un qui sera en suspend pour celle ou celui qui n’a pas les moyens de se l’offrir… Venir : Par la route A68 sortie 7, 40 km de Toulouse et d’Albi. Pensez au covoiturage !

Lire la suite

Prémian : en toute liberté ?

 Le festival d’été revient ! 11 et 12 août.

Réservez votre week-end !
Cliquer pour Consulter le programme du festival
Avec le soutien technique et financier du département de l’Hérault, la commune de Prémian , la DRAC, le mouvement rural de l’Hérault, le Parc Naturel Régional du Haut-Languedoc, l’agence service civique ; en partenariat avec Echos-ci Echos-là
65 bis, rue Pierre et François Crouzet
81270 LABASTIDE-ROUAIROUX
09 80 68 68 00  echosdudoc@orange.fr
www.echosdudoc.fr

Lautrec : le Café Plùm en juillet et août

Le Café Plùm est fier de vous présenter sa programmation estivale 2018 ! Au programme : de la chanson, de la musique du monde, du tango, mais aussi du théâtre et des contes, sans oublier l’incontournable Festivaoût organisé par l’association Si&Si !
Les spectacles ont lieu dans la cour à 19h au moment de l’apéro, et sont proposés en participation libre.

Lire la suite