Castres : Assemblée Généreuse

Blog ZAD2-30 mai 2015ALERTE !

Dans un territoire où il y avait des lumières, des droits de l’homme, la république, la démocratie, la liberté, l’égalité, la fraternité… on déplore aujourd’hui la disparition imminente de nombreuses valeurs humaines et droits fondamentaux.

 

On parle du chômage, pas des chômeurs. On parle de pauvreté, pas des travailleurs pauvres. On parle de chiffres, pas d’humains.

On ne parle pas de tous ceux qui sont radiés (effacés) pour la moindre broutille, (un demi-million de personnes par an), ceux qui perdent 2 mois d’allocation pour une absence à convocation, ceux qui sont contrôlés, fliqués, humiliés par un système cynique et déshumanisé.

On préfère ignorer ceux qui luttent pour survivre avec des minima sociaux indignes, ceux qui sont insultés parce qu’ils « profitent » du RSA (570 €, moins de la moitié du seuil de pauvreté !)

Lire la suite

L’utopie, y a que ça qui m’intéresse !

Faire part mariageEn guise d’introduction, j’aimerais savoir ce que pensent nos lecteurs et lectrices sur l’utopie de vivre dans un monde débarrassé de l’argent.

C’est à un authentique combat (pacifique) auquel je vous invite. Un combat contre soi-même. Puis le susciter chez les autres.

Avons-nous progresser depuis Diogène et sa lanterne : « je cherche un homme » ?

Alors… Eh bien, il y a les municipales : « aux urnes citoyen-ne-s ! »

Lire la suite

Un salaire à vie

106 page 5 Friot CastresSelon Bernard Friot, invité à Castres le 10 décembre dernier par un collectif d’organisations politiques et syndicales, RIEN DE PLUS FACILE !

Il suffit de supprimer les dividendes, de faire des travailleurs les propriétaires de leur entreprise, d’augmenter le taux des cotisations sociales et les salaires.

Il suffit de sortir de l’aliénation qui consiste à penser que les fonctionnaires, les femmes « au foyer » et les retraités ont des activités utiles, mais non productives. C’est faux ! s’exclame Friot.

Lire la suite

ça se passe comme ça à Pôle Emploi

Le 22 février 2013, en consultant mon espace personnel Pôle Emploi, j’apprends que je suis convoquée pour un atelier d’écriture au cours duquel je travaillerai individuellement par écrit « avec l’appui d’un animateur ».

Le 1er mars, jour fixé pour le rendez-vous, je me présente à la MCEF de Revel, où je me retrouve avec une dizaine de personnes, ma conseillère et  l’animateur de la réunion. D’entrée une Demandeuse d’emploi intervient pour déplorer le fait que la convocation ne soit arrivée que la veille, moi, je n’ai jamais eu de convocation écrite. Cette convocation écrite concernait bien un atelier individuel d’écriture.

La réponse de l’animateur a été : « Vous voulez qu’on vous aide oui ou non ? On est là pour ça : vous aider. De toute façon un employeur peut vous convoquer la veille si ça lui chante ! Nous (Pôle Emploi), nous sommes votre employeur, et vous n’avez rien à dire ».

Lire la suite

YES WEEK-END – Une génération de salariés pro-travail dominical pas si spontanée

(Photo AFP / KENZO TRIBOUILLARD)
(Photo AFP / KENZO TRIBOUILLARD)

Leur dispositif médiatique est parfaitement rodé. Les employés de Leroy Merlin et Castorama qui souhaitent travailler le dimanche sont en effet parés d’un slogan accrocheur (“Yes week-end”), de porte-parole efficaces et de toute la panoplie de communication (t-shirts, banderoles, affiches) pour faire entendre leurs arguments alors que quatorze magasins Castorama et Leroy Merlin d’Ile-de-France ont ouvert dimanche 29 septembre, malgré une décision de justice leur imposant la fermeture.

Le Huffington Post revient sur la création de leur collectif, “les bricoleurs du dimanche”, lancé en décembre 2012 et dont l’objectif est de “mobiliser l’opinion publique et faire bouger le gouvernement” sur le principe du travail dominical.

Lire la suite