GPII : en Crète ?

Blog aéroport crèteVers un Notre-Dame-des-Landes en Crète ?

Oui, vous avez bien lu. En pleine série de grèves générales en Grèce depuis le 12 novembre, de manifs fleuves en émeutes assourdissantes, du blocage des ports à celui des grandes routes principales, des actions de sabotage dans les administrations qui collaborent avec la troïka à la chasse aux CRS par les paysans crétois au cœur d’Athènes, le gouvernement Tsipras vient de confirmer que l’aéroport d’Héraklion en Crète serait prochainement fermé et remplacé par un nouvel aéroport flambant neuf, un peu plus loin, à Kastelli. Le projet est colossal : la longueur des pistes se situeraient entre 3,2 km et 3,8 km et une grande route serait également construite pour s’y rendre.

Lire la suite

Film “Je lutte donc je suis”

Blog film YYBonjour à tou-te-s,

Nous avons le plaisir de vous annoncer que le film Je lutte donc je suis est désormais visible gratuitement en ligne. Il s’agit d’une version longue (1h45) créée spécialement pour Internet et pour les projections gratuites dans les lieux de lutte :
https://www.youtube.com/watch?v=97HTxo20c-E
Merci de partager, bloguer, diffuser autour de vous, autant que possible, pour nous aider à lutter contre la désinformation (les autres langues seront disponibles dans les jours qui viennent). Vous pouvez également proposer cette nouvelle bande-annonce courte (1mn50) en guise de mise en bouche :
https://www.youtube.com/watch?v=p9tMjHBHbYo

Lire la suite

Edito du n° 116

L’Europe a-t-elle encore un avenir ?

116 page 3 édito Kalié (2)Il ne s’agit pas ici de produire une analyse approfondie, détaillée et exhaustive des réponses à la question posée par ce titre.

Il ne s’agit pas davantage de ramener la question à une réponse simpliste sur la dette Grecque, pas plus que de faire comme si la crise n’existait pas en Grèce. Pas plus que de savoir si Tsipras a trahi le mandat donné par son peuple. Et pas davantage si la formule 1 espagnole « Podemos » est adaptée à la situation Européenne et transposable dans les pays de l’U.E.

La question est : « l’Europe actuelle », libérale à mort, pourra-t-elle persister à l’avenir ? » Il s’agit en fait de s’interroger sur la durée possible d’une situation de plus en plus intolérable, refusée par les peuples, dans leur majorité semble-t-il, mais que les « élites » (oligarchies) s’ingénient à prolonger au-delà du supportable pour trop de personnes.

Lire la suite

“Je lutte donc je suis”, le nouveau film de Yannis Youlountas

blog 150500YolountasFilmJeLutteAffiche (2)Le nouveau film de Maud et Yannis Youlountas

Bande-annonce : http://jeluttedoncjesuis.net  Lien direct pour la partager et la bloguer : https://www.youtube.com/watch?v=v3Vc5aWkORY Présentation par Yanis : Comme pour le film précédent, cette première bande-annonce dure 10 minutes. C’est un survol donnant  la température, le rythme et les idées principales. Vous remarquerez qu’à la différence de “Ne  vivons plus comme des esclaves”, nous vous emmènerons aussi dans les campagnes et les îles, ainsi que dans l’éducation alternative et d’autres formes d’apprentissage de la lutte et de la solidarité.  Vous traverserez aussi des ZAD en Grèce et en Espagne, d’Athènes en Crète et de Barcelone en  Andalousie, et aurez des nouvelles du dispensaire médical d’Exarcheia (que le film précédent a  soutenu). Les autres musiques du film seront révélées ultérieurement : nous vous préparons de  grandes et belles surprises !  A la fin de la bande-annonce, nous avons également inclus la présentation des (formidables)  personnages, avec quelques clins d’œil et allusions, notamment à destination de celles et ceux qui  voudront soutenir ce projet et diffuser cette parole contre la résignation.  

Lire la suite

On dit au peuple grec qu’il a une dette mais personne ne sait d’où elle est issue ni ce que l’on paie

1-greek-protests21-300x211Entretien avec Sofia Sakorafa, députée de Syriza, la gauche radicale et unitaire grecque 

Sofia Sakorafa est députée de Syriza.
Elle est aussi la parlementaire qui a obtenu le plus de suffrages (parmi tous les élus tous partis confondus. Cet interview a été réalisé par Gemma Saura et publié le 17 mai dans le quotidien espagnol La Vanguardia, traduction de Cécile Lamarque. Un poster de Hugo Chávez décore le bureau de Sofia Sakorafa (Trikala, 1957) dans le quartier de Exarchia, aux façades couvertes de graffitis anarchistes. Ex-députée du Pasok, elle fait partie de la coalition de gauche radicale Syriza et est la parlementaire qui a obtenu le plus grand nombre de suffrages le 6 mai. Ancienne lanceuse de javelot médaillée olympique, elle fut la première membre du Pasok à se rebeller et fut expulsée suite à son vote contre le premier plan d’ajustement. « Je ne pouvais pas rester au sein d’un parti qui a viré à droite et a appliqué une politique néolibérale qui rompt avec sa tradition et son programme ». « Il faut faire la lumière sur la partie de la dette qui est illégale et illégitime. »

Syriza est une coalition de groupes divers, dont certains défendent la sortie de l’euro. Ne devraient-ils pas être unis sur un thème si crucial ? C’est très sain qu’il y ait des opinions différentes au sein d’un parti. L’antithèse, c’est le Parti communiste, qui maintient une ligne dogmatique que personne ne peut discuter. Au sein de Syriza, beaucoup d’opinions coexistent. Nous discutons et quand nous décidons d’une position, tous la respectent.

Lire la suite