Incendies : il faut immédiatement stopper le programme Linky

Stéphane Lhomme
Conseiller municipal de Saint-Macaire (33)
Animateur du site web http://refus.linky.gazpar.free.fr
Communiqué du 15 octobre 2018

Incendies : il faut immédiatement stopper le programme Linky

Le mensonge d’Etat sur les incendies causés par les Linky est en tout point comparable au scandale du sang contaminé: des décisions délibérément criminelles pour préserver des intérêts industriels et financiers.

Samedi 13 octobre, un énième grave incendie a été causé par un compteur Linky. La politique de déni permanent de l’industriel Enedis (filiale d’EDF) se heurte cette fois aux dires de la police qui était présente sur les lieux et met totalement en cause le compteur Linky.

Il va donc être difficile cette fois pour Enedis et ses séides de prétendre comme d’habitude que les gens qui accusent le Linky de causer des incendies sont des “affabulateurs” ou des “provocateurs”.La vérité est que le Linky cause des incendies, qui peuvent être mortels, et de différentes façons.

La vérité est aussi que l’excuse d’Enedis d’un mauvais montage du Linky – par les sous-traitants, plus compétents pour mentir et menacer que pour installer correctement les compteurs – n’est qu’une des causes d’incendie.

La vérité la plus glaçante a été avouée par l’organisme Promotelec, dont fait partie Enedis, avant que cet aveu soit auto-censuré le 25 mai : Promotelec a ainsi reconnu que “lorsque le technicien place Linky chez un particulier et règle le disjoncteur de branchement, il n’est pas chargé de vérifier si l’installation électrique du foyer est en mesure de supporter le niveau de puissance défini” et que “dans le cas où les sections de câbles ne sont pas adaptées aux nouveaux réglages, des accidents (feu) peuvent se produire“.

Qui plus est, Promotelec a reconnu que ce drame peut en particulier se produire “le jour où le particulier fait la demande auprès d’Enedis afin d’augmenter la puissance de son compteur“. Or, après la pose du Linky, de nombreux ménages voient leur installation disjoncter continuellement et sont précisément obligés à prendre un abonnement d’une puissance supérieure, ce qui les place dans le pire cas de figure pointé par Promotelec. Le Linky a très probablement déjà tué par incendie, drame qui va hélas se démultiplier au fil du temps.

Le 25 mai, après que nous ayons révélé ce scandale de la plus grande gravité, Promotelec a censuré sa propre alerte et fait disparaitre de son site web la mention “dans le cas où les sections de câbles ne sont pas adaptées aux nouveaux réglages, des accidents (feu) peuvent se produire“.

Il faut par ailleurs noter que la réglementation oblige Enedis et ses sous-traitants à installer le Linky sur un panneau constitué d’un fond de panneau et d’une platine-support en matériau synthétique auto-extinguible. Or les Linky sont posés à la chaine sur les panneaux existants, qui sont la plupart du temps en bois, ce qui est donc totalement illégal et générateur d’incendies.

En résumé, pour préserver ses intérêts industriels et financiers (en particulier dans le Big data et les objets connectés), Enedis a décidé de prendre le risque de tuer des gens, ce qui se produit hélas : ce scandale est donc en tout point comparable à celui du sang contaminé.

Le programme Linky doit immédiatement être stoppé, les Linky déjà installés doivent être remplacés par des compteurs ordinaires sur simple demande des habitants et, dans les autres cas, une grande campagne de vérification des installations électriques doit être organisée.

Sort by:   newest | oldest | most voted
wpDiscuz