Un salaire à vie

106 page 5 Friot CastresSelon Bernard Friot, invité à Castres le 10 décembre dernier par un collectif d’organisations politiques et syndicales, RIEN DE PLUS FACILE !

Il suffit de supprimer les dividendes, de faire des travailleurs les propriétaires de leur entreprise, d’augmenter le taux des cotisations sociales et les salaires.

Il suffit de sortir de l’aliénation qui consiste à penser que les fonctionnaires, les femmes « au foyer » et les retraités ont des activités utiles, mais non productives. C’est faux ! s’exclame Friot.

Lire la suite

Pour une économie parallèle

Une économie parallele pour changer la valeur symbolique de l’argent.

Bien donc tout d’abord il s’agit ici de prendre l’économie au sens large. L’économie comme une partie de l’organisation sociale, autrement dit l’économie en tant que normes et valeurs qui regissent un certain nombre d’interactions humaines.

La creation d’une économie parallele, qui peut complémenter l’économie de marché, je pense que c’est vers cela qu’il faut tendre. Imaginons un travail de deux jours par semaine, obligatoire ou non, dans les services publics, chacun travaillant pour le bien collectif, et recevant en contre partie de quoi vivre décemment. Nous aurions donc deux economies, une basee sur deux jours de travail, et l’autre sur les trois autres jours, cela permettant une redistribution évitant la charité, permettant à tous, en tant que citoyen d’être “employés” par la société, de se sentir utile, et d’être rétribué en tant que citoyen fournissant du temps et non plus de la force de travail, ca paraît rien comme ça mais c’est déjà beacoup, être payé pour son temps et non pour sa force de travail, élimine la compétitivité au travail, an effet il n’est plus question de travailler plus vite ou plus dur que les autres mais la même durée.

Ce système fait face à plusieurs problèmes, outre le fait qu’il remet en cause la place même du travail au sein de la société capitaliste ainsi que les relations chômeurs – travailleurs.

Lire la suite