Edito du n°64 de Confluences 81

L’antilibéralisme triomphera-t-il… en 2012 ?

Antilibéralisme : anti = contre.

Libéralisme : à l’origine, doctrine politique ou économique qui défend l’application de la liberté dans la société. Rapidement, cela devient un mode de gestion du capitalisme : le libre jeu de la concurrence (non intervention de l’Etat, cf. « la concurrence libre et non faussée » de feu le Traité Constitutionnel Européen), le marché, la liberté d’entreprendre s’imposent comme prioritaires. Et l’on passe, pour des millions de travailleurs et de chômeurs, à la liberté de la fermer (cf. les lois sécuritaires récentes et de plus en plus nombreuses en France) sous peine de se faire taper sur les doigts… ou plutôt sur la tête !

Anticapitalisme : pour notre part, ce terme nous semble plus clair.

Nous avons suffisamment listé les méfaits du libéralisme ici pour ne pas y revenir. La droite (ultra)libérale est rejetée. Quant à la « gauche » social-libérale (le PS et Ségolène Royal pour faire court), son succès aux dernières élections régionales et européennes, est un succès « faute de mieux », faute de candidat réellement anti-capitaliste sur qui porter ses suffrages. On constate une attente forte de bien des citoyens, d’en finir avec le libéralisme par les luttes sociales (combat contre le CPE par ex.) mais aussi par le vote (résultat du référendum sur le TCE). Après les secousses dans les banlieues fin 2005, l’inscription des jeunes des quartiers sur les listes électorales est un signe à interpréter positivement.

Lire la suite

Edito du n°63 de Confluences 81

Message sur l’état de l’union ?

L’état général du monde serait plutôt pire que stationnaire : on le sait, il ne va pas bien ! En Tchétchénie, à Gaza, en Irak et ailleurs, des morts tous les jours –ou presque- des enfants parmi eux, ce qui est avouons-le, plus qu’intolérable. Des journalistes sont assassiné-e-s, en Russie par exemple. Des apprentis sorciers, petits ou grands dictateurs, poussés dans leurs derniers retranchements par les puissances occidentales et singulièrement les Etats-Unis, mettent au point un armement nucléaire qui n’entre plus dans une stratégie de dissuasion.

Les peuples ont parfois l’occasion de faire entendre un message fort à leurs dirigeants, par exemple sur le Traité Constitutionnel Européen, mais leurs gouvernants font la sourde oreille, continuant comme si de rien n’était dans la voie qu’ils s’étaient tracée, espérant sans trop y croire à la grande capacité des masses à l’oubli ?!

En France, ces mêmes dirigeants accentuent la répression de celles et ceux qui ne veulent pas se couler dans le moule prévu :
-faucheurs volontaires traités comme des gangsters (condamnations pour refus de se soumettre à des analyses d’ADN),
-familles de sans-papiers renvoyées dans un pays dit « d’origine » où elles n’ont plus aucune attache et malgré les efforts du Réseau Education Sans Frontières (dans le Tarn, 2 régularisations, un dossier en appel à la préfecture, mais aussi d’autres jeunes scolarisés sous la menace d’expulsion manu militari)
-fichage des jeunes enfants, loi sur la sécurité de N. Sarkosy, etc…

Lire la suite

Edito du n°62 de Confluences 81

Dans la torpeur de l’été

Chaud et sec, depuis juin… Mais il y a eu « les bleus », leur finale perdue certes, mais finale quand même et le « coup de boule » vengeur de Zidane. Puis le Tour de France où quelques vedettes EPOïsées –ou soupçonnées de l’être- ont dû faire leurs valises avant le départ. Et des heures et des heures d’antennes tout au long des journaux télévisés de l’été, des pages et des pages dans les quotidiens et magazines pour nous en « informer » !

Et pendant que les médias organisaient la « liesse populaire », Israël bombardait Gaza-Oradour sur Glane et massacrait 37 innocents à Cana au Liban, Sarko jouait un remake de « Au revoir les enfants », en expulsant de jeunes étrangers sans papiers scolarisés en France. Le même Sarko qui faisait promulguer la loi CESEDA organisant l’immigration « choisie » c’est-à-dire « jetable ». Le même qui a fait convoquer par la police des militants anti OGM pour effectuer des prélèvements ADN. Fichage et Etat policier progressent !

Et pendant que des excité-e-s – peut-être y en avait-il quelques uns qui faisaient partie de la racaille «kärchérisable» de novembre 2005 ?- remontaient les Champs Elysées en hurlant « Allez, les Bleus ! », on parlait de repérer dès l’école maternelle les futurs délinquants.

Lire la suite

Edito du n°61 de Confluences 81

Un pas vers une autre Europe ?

En Europe, pour les divers scrutins, point n’est besoin d’observateurs étrangers pour en contrôler la régularité. Pour les exécutifs des états membres, il suffit de passer outre les résultats, les mouvements sociaux, les sondages d’opinion malgré une humeur anti-libérale vraisemblablement majoritaire.

En France, les gouvernements issus du 21 avril 2002 sont illégitimes : ils s’emploient à faire adopter des textes d’un extrémisme ultralibéral, alors qu’ils ne devraient qu’expédier les affaires courantes.

En contradiction avec les résultats des élections Régionales, les charges financières sont décentralisées, rendant le principe de l’égalité sur tout le territoire complètement caduc… Malgré le NON du 29 mai 2005, les privatisations se poursuivent, les attaques contre les hôpitaux publics se multiplient, la libéralisation du secteur de l’audiovisuel, pourtant hors A.G.C.S., est en cours de discussion…

Quelles sont les vraies raisons d’un tel entêtement de la part du quatuor Chirac-Villepin-Sarkosy-Borloo, face à la mobilisation déterminée contre la loi d’égalité des chances ? Pourquoi les médias ont-ils orienté notre lutte uniquement sur le C.P.E. ?

Lire la suite

Edito du n°60 de Confluences 81

Pour des candidatures unitaires en 2007-2008

On constate un DEVELOPPEMENT DES LUTTES SOCIALES et ECOLOGISTES : OGM, Nucléaire, CESEDA, CPE (3 millions dans la rue, une paille !), etc… Bien sûr, le mouvement social peut gagner certaines luttes défensives (on se bat CONTRE…), mais le changement profond doit venir aussi d’un vrai changement politique. Beaucoup de citoyennes et de citoyens sont en attente d’un changement politique profond, et pas seulement de remplacer une droite ultra-libérale par un gauche social libérale (voire libérale tout court). D’où un certain nombre de craintes.

Celle, justifiée selon nous, que le PS promette beaucoup de changements à travers un discours programmatique de gauche, mais qu’il ne tiendra pas : c’est sous le gouvernement Jospin qu’il y a eu le plus de privatisations, ne l’oublions pas. Un exemple récent : c’est à la demande de députés PS et PRG que le Conseil Constitutionnel a été saisi sur la question du CPE. Il est pourtant clair que la question n’est pas de savoir si la loi «d’égalité des chances» est constitutionnelle, mais bien d’abroger cette loi et plus encore de changer de constitution !

Lire la suite

Edito du n°59 de Confluences 81

En ce qui concerne le lien entre Confluences 81 et Les Alternatifs, ce bulletin reste celui des Alternatifs, comme par le passé récent. Et bien sûr, il s’agit toujours d’un bulletin ouvert, c’est-à-dire que ses colonnes restent ouvertes à nos lecteurs et nos lectrices, qu’ils ou elles soient ou non encarté-e-s aux Alternatifs.Pour 2006, l’adhésion à l’association CONFLUENCES 81 est gratuite, c’est-à-dire sans supplément par rapport à un abonnement simple. Une Assemblée Générale en 2006 décidera si l’adhésion à l’association doit rester comprise ou non dans le montant de l’abonnement au bulletin.

Le Comité de rédaction, nous le rappelons, n’est pas une structure fermée, et les lectrices et les lecteurs abonné-e-s peuvent participer aux travaux de l’équipe actuelle. Laquelle, soyez-en sûrs, n’en prendra pas ombrage, loin de là et sera ravie de l’arrivée d’un renfort précieux !

La rédaction – 02/02/2006